Capitale européenne de la culture : comment Marseille en profite encore dix ans plus tard

Le titre qui lui a été attribué en 2013 a contribué à changer l'image de la cité phocéenne. Les investissements de 600 millions d'euros réalisés à cette occasion continuent de séduire autant les patrons locaux que les touristes.

lire l'article Métropole Aix-Marseille

À l'occasion de MP2013, la Capitale européenne de la culture à Marseille , Yvan Cadiou avait réalisé une drôle de performance devant 300 convives légèrement éberlués. L'artiste-entrepreneur avait déclamé des textes de sa composition, tout en manipulant 9 woks géants de penne aux écrevisses.

De cette proposition artistique, inspirée du mouvement de l'art total, vient de naître un nouveau concept : Cook'in potes, une oeuvre d'art à part entière sur 300 m2 d'anciens entrepôts portuaires, où il propose d'accueillir des séminaires et autres rendez-vous d'entreprise. L'artiste y a installé sculptures, photos, toiles, ustensiles et électroménager culinaire précieux mis en scène à la façon Jeff Koons.

Connu des seuls initiés, ce lieu hétéroclite connaît un beau succès auprès des patrons du cru en quête de nouvelles expériences d'échange avec leurs collaborateurs. « La capitale européenne de la culture a définitivement concilié l'art et l'entreprise », sourit Yvan Cadiou.

Sans rebondir avec autant d'éclat que Paris en 1989, Avignon en 2000 ou Lille en 2004, MP2013 a discrètement fait infuser la culture dans une ville surtout connue pour son club de foot. A l'époque, pas moins de 600 millions d'euros avaient été investis pour mailler le territoire d'une densité inédite d'équipements culturels.

Au total, cinquante projets architecturaux sont venus enrichir le catalogue du « béton culturel phocéen ». Outre le MuCem - signant la première délocalisation d'un musée national en province -, le Frac (art contemporain), le MaMo (art moderne), le Silo (salle de spectacle), le Palais Longchamp (histoire naturelle et beaux-arts), le Château Borély (arts décoratifs), ou celui de la Buzine (cinéma méditerranéen) ont vu leurs collections et leur écrin renouvelés.

Accélérateur de la métropole

Une nouvelle identité urbaine a surgi. Sur le plan politique d'abord : en introduisant le concept de « jeux collectif », MP2013 a accéléré la création de la métropole Aix-Marseille-Provence . « Elle a gommé en partie la défense des intérêts particuliers au profit d'une stratégie coopérative quand il s'agit de grands aménagements », juge un bon connaisseur. Les centaines de millions d'euros débloquées par l'Etat pour des enjeux comme les transports en sont la plus récente expression.

Mais c'est surtout l'image touristique de Marseille qui a changé. Des centaines d'articles de presse et de tournages, une série Netflix, le plein de confiance de l'industrie mondiale de la croisière, 5 millions de touristes annuels, de plus en plus de cadres … Avec la crise sanitaire, la nouvelle carte postale phocéenne, auréolée de l'alibi culturel, attire désormais des migrations sociales haut de gamme. En cinq ans, le prix moyen de l'immobilier a gonflé de plus de 30 %.

 

Les Echos - Paul Molga

D'autres articles qui peuvent vous intéresser

Le territoire d’Aix-Marseille-Provence conserve sa dynamique sur le marché locatif et l’investissement (JLL)

Publié le 21 juillet 2022 Par Business Immo

Optimisez votre visibilité digitale pour booster votre activité

Assistez au Webinar co-animé par Martin PAILLET, Anaig NOUVEL et Antoine AMANT.

Par Business Immo

Sobriété énergétique : Élisabeth Borne fixe un cap aux chefs d'entreprise

Publié le 30 Août 2022 Par Business Immo

Toutes nos offres :
Bureaux, locaux commerciaux, locaux d'activité et terrains, ...