contact
téléphone

Banque des territoires : concrétiser la relance sur le terrain

L'ACTUALITÉ
6 avril 2021
Immobilier Pays d'Aix

La Provence
Publié le 02 avril 2021
Par Jean-Luc Crozel

ⒸLa Provence

Olivier Sichel, directeur de la Banque des territoires, est à Marseille ce vendredi pour participer à un comité de pilotage régional consacré au plan de relance, signer une convention de partenariat avec la ville d'Aix, poser la première pierre du pôle Yvon Morandat à Gardanne, puis signer un accord avec Erilia pour le logement social. Il répond aux questions de La Provence.

Qu'est-ce que la Banque des territoires ?
Olivier Sichel : Comme son nom l'indique, elle est un levier de développement des territoires au sein du groupe Caisse des dépôts. Elle intervient au travers de ses directions régionales dont celle de Marseille que dirige Richard Curnier et qui dispose d'une antenne à Nice. Elle a trois missions : conseiller et apporter de l'ingénierie aux territoires ; financer en prêts et en investissements des projets; construire, aménager et rénover des logements avec CDC Habitat. Actuellement, nous sommes à la manoeuvre pour le plan de relance et ma venue vise à matérialiser nos missions.

Comment s'inscrit-elle dans le plan France relance ?
Le but est que ce plan devienne tangible dans les territoires. Il a par exemple été annoncé 1,4 milliard d'investissement dans le tourisme : il faut concrétiser. A Marseille, une partie de cette enveloppe va aller à l'inauguration d'un Babel community auquel la banque apporte 3,4 millions d'euros (M€). Nous allons aussi investir 1,2 M€ dans une auberge de jeunesse de nouvelle génération. Autre exemple : à Risoul dans les Hautes Alpes, nous apporterons 3 M€ pour une résidence de 85 appartements.

Vous allez aussi soutenir un projet logistique sur le marché des Arnavaux à Marseille et participer à la pose de la première pierre du pôle Morandat à Gardanne...
Oui. Le projet relatif au marché d'intérêt national des Arnavaux est porté par la Somimar, gestionnaire. Il s'agit de promouvoir la distribution en circuit court, la logistique avec une dimension de transition écologique et énergétique. Pour Gardanne, il s'agit surtout d'hydrogène vert et la pose de la première pierre ce matin marque le lancement du projet. Mais pour en revenir à la manière dont on s'inscrit dans le plan de relance, nous avons posé des axes. La transition écologique en est un et nous avons déployé des expertises en collaboration avec les associations des Régions de France, des départements, des maires ; bien sûr Provence Alpes Côte d'Azur et les collectivités locales. Le but est de cerner les besoins de chacun. C'est comme cela qu'en matière d'habitat, dans cette région, nous avons acquis 7000 logements. Mais la demande étant également de renforcer les grands bailleurs sociaux, je vais signer un accord avec l'opérateur Erilia pour un montant de 500 M€. L'objectif est d'accélérer la construction et la réhabilitation de logements sociaux. En fait, ce qu'il faut comprendre, c'est que nous n'avons pas une logique d'enveloppe. Seuls les projets nous guident.

Vous disposez donc des moyens financiers nécessaires...
Ce qu'il faut bien comprendre c'est que ce qui nous permet de financer les projets, c'est l'épargne des Français. C'est le livret A et il n'a jamais autant porté d'argent qu'actuellement. Donc, dès lors qu'un projet tient la route et est utile, pas de difficulté.

Et vous avez suffisamment de projets ?
À mon goût il n'y en a jamais assez ! Mais je note tout de même qu'il y en a beaucoup plus que de par le passé. Là où la Caisse des dépôts consacrait 600 millions, nous avons investi 1,7 milliard l'an passé. Nous avons donc changé d'ampleur et à cela s'ajoute un effet de levier. Là où nous mettons 1€, les autres partenaires mettent jusqu'à 7€. Dans cette région, nous avons investi 200 M€ avec un effet de levier de 6€.

Les secteurs les plus demandeurs ?
L'immobilier, le tourisme, le très haut débit, les infrastructures et bien sûr, la transition écologique et environnementale avec les énergies renouvelables.

Le tourisme est très touché par la crise. Ou en est le fonds Covid résilience ?
Ce fonds est en effet quelque chose d'assez exceptionnel, mis en place avec la Région et son président. Au départ l'idée était de l'abonder à hauteur de 2€ par habitant. Mais le fonds a été très consommé du fait de la situation économique des entreprises et il a fallu abonder de nouveau. Nous l'avons fait et au total, 25 M€ ont été investis. Soit de l'ordre de 5000 dossiers instruits. Mais il n'y aura pas de nouvelle rallonge.

Forte activité pour la Caisse des dépôts

Eric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts, a indiqué hier lors de la présentation des résultats du groupe, "que 2020 a témoigné d'une très forte activité". Avec plus de 50 milliards d'euros (Md€) de fonds propres, elle a déjà engagé "30 % des 26 Md de nouveaux investissements en capital annoncés. Ainsi la Caisse agit directement au coeur des territoires". L'établissement public qui affiche un bilan de 1 242 Md€, a cependant vu son résultat net régresser de 2,7 Md€ en 2019 à 777 millions d'euros. Une fonte liée à la crise, qui a impacté les résultats de plusieurs filiales et du fonds d'épargne dont le bénéfice net (210 millions) a été réduit de moitié. Malgré une collecte record du livret A.

Articles en lien

Aix : Encagnane va-t-elle enfin changer de visage ?

La Provence Publié le 01 avril 2021

Immobilier Pays d'Aix

De la crise du Covid naîtra le bureau de demain

Les Echos Publié le 01 avril 2021 Par Gabriel Roucel

WeWork parie sur le retour au bureau pour se coter en Bourse

Les Echos Publié le 28 mars 2021 Par Véronique Le Billon