contact
téléphone

Immobilier : quel avenir pour les SCPI ?

L'ACTUALITÉ
4 mai 2021

Les Echos
Publié le 29 avril 2021
Par Marie-Christine Sonkin

©Les Echos - Le gros du bataillon, les SCPI de bureaux, montre jusqu'ici sa résilience et sa capacité à servir du rendement. (Shutterstock)

 

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) vont-elles traverser la crise sans trop de dommages ? Pour l'instant, les dégâts sont minimes mais elles devront s'adapter à une nouvelle demande. Et elles disposent de nombreux atouts à la fois en tant qu'acteur économique et placement pour la retraite.

Quel sera le rendement des SCPI en 2021 ? Selon Jean-Marc Coly, président de l'Aspim, Association française des sociétés de placement immobilier, qui n'a pas encore publié ses chiffres, le rendement devrait se situer légèrement en deçà de celui de l'an passé, avec toutefois la possibilité pour les fonds de compenser cet ajustement temporaire par le versement d'une partie du report à nouveau accumulé. La plate-forme spécialisée, France SCPI, annonce déjà quant à elle le rendement (taux de distribution sur valeur de marché ou TDVM) annualisé du 1er trimestre 2021 à 3,98 % versus 4,2 % en 2020.

« Il est possible d'interpréter cette baisse par un plus faible encaissement des loyers mais également par la prudence des sociétés de gestion qui préfèrent mettre une partie des revenus encaissés en réserve. En comparaison, en 2020, de nombreuses sociétés de gestion ont servi des acomptes plus importants en fin d'année, réajustant les versements plus faibles des trimestres précédents », commente France SCPI.

Qui sont les plus performantes ?

Qui sont les SCPI les plus performantes de ce début d'année ? Selon France SCPI, on retrouve, comme pour les précédents trimestres, les SCPI spécialisées dans la logistique avec des performances supérieures à 6 %, plus 2 points au-dessus de la moyenne trimestrielle. Les SCPI spécialisées dans la santé sont aussi en haut du tableau avec plus de 5 % de rendement.

En revanche, dans le bas de tableau, les restrictions étant toujours d'actualité en Europe, on retrouve sans surprises les SCPI spécialisées dans l'hôtellerie qui affichent toujours péniblement des TDVM autour des 2 %.

Le gros du bataillon, les SCPI bureaux montre jusqu'ici sa résilience et sa capacité à servir du rendement . France SCPI constate un léger recul de la performance pour ce premier trimestre plaçant ainsi le TDVM de la principale catégorie des SCPI à 3,83 %. « Le taux d'encaissement se situe actuellement entre 90 % et 95 %. Notre intérêt est d'aider les locataires, souligne Jean-Marc Coly. Nous les accompagnons en consentant par exemple des franchises de loyers. L'objectif étant de les maintenir dans les immeubles et leur permettre de profiter de la reprise ».

Ce que les Français en pensent

En tout cas, les difficultés conjoncturelles n'ébranlent pas l'enthousiasme des Français pour le placement pierre. Selon un sondage réalisé par l'Ifop pour l'Aspim (1) 75 % d'entre eux considèrent qu'investir dans l'immobilier est une solution sûre et rentable pour se constituer une épargne de longue durée, notamment en prévision de la retraite et parmi ces 75 %, 54 % envisagent d'investir dans l'immobilier dans cet objectif.

Parmi ceux-ci (soit 41 % de l'échantillon), 78 % préféreraient investir dans un bien immobilier en direct versus 22 % qui choisiraient une participation dans un fond immobilier. Un chiffre néanmoins significatif et qui permettra aux SCPI de prendre une place plus importante dans la panoplie des produits retraite. « Les SCPI sont déjà très présentes au sein des contrats d'assurance-vie en unités de compte, précise Jean-Marc Coly. Elles devraient l'être également au sein des PER. Cette enveloppe n'a pas encore pris réellement son envol du fait du retard de la réforme des retraites et de la pandémie, mais devrait retrouver ensuite un nouvel élan. La déduction des sommes investies du revenu imposable est un levier d'incitation très puissant ».

De nouvelles façons d'investir

Toujours parmi ceux qui envisagent d'investir, 66 % attendraient de disposer d'un capital significatif avant d'acheter contre 34 % qui envisageraient investir rapidement par des versements réguliers raisonnables, par exemple 50 euros par mois.

Dans ce même échantillon qui prévoit d'investir, 46 % seraient prêts à souscrire à des produits immobiliers répartis dans toute l'Europe, cet investissement dans plusieurs pays permettant de lisser les risques et de diversifier le placement sur différents marchés. « Et si actuellement il n'est pas encore possible de distribuer des parts de SCPI dans d'autres pays européens, c'est un sujet sur lequel nous travaillons et qui permettrait notamment d'accroître encore la liquidité du produit », souligne Jean-Marc Coly.

Des SCPI labélisées ISR

Selon le sondage Ifop (1), 49 % de Français considèrent que les professionnels du bâtiment et de l'immobilier se préoccupent suffisamment de la lutte contre le réchauffement climatique (isolation, maîtrise des consommations, choix des matériaux… etc.). Il y a à ce jour 15 fonds labélisés ISR (une nouvelle vague arrive sous peu) dont 7 SCPI (déjà créées), parmi lesquelles de 3 « gros » véhicules.

(1) Etude réalisée par l'Ifop pour l'Aspim. L'enquête a été menée auprès d'un échantillon de 1.009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus par questionnaire auto-administré en ligne du 17 au 18 mars 2021.

Marie-Christine Sonkin

Articles en lien

Immobilier : pourquoi la maîtrise de la data est devenue si stratégique

Les Echos Publié le 30 avril 2021 Par Elsa Dicharry

Aix-en-Provence : Voyage privé ouvre son campus au secrétaire d'État Cédric O

La Provence Publié le 04/05/2021 Par Laure Gareta

Télétravail : le gouvernement prêt à « faire bouger les règles » à partir de mi-mai

Les Echos Publié le 25/04/2021 Par Leïla de Comarmond